Les juges référents en rassemblement

L’appréciation d’un cheval en concours d’élevage est une expertise qui nécessite de la part des juges une grande rigueur, et une homogénéité dans les jugements.
Pour cela les formations de juges organisées par l’Association Anglo-Arabe visent à renforcer les connaissances de bases, sensibiliser les juges aux notions de fonctionnalité, et harmoniser la façon de juger, même si rien ne remplace une pratique régulière qui permet d’avoir « l’œil expert ».
 

Mardi 26 mai, les juges référents de l’ANAA se sont réunis à Pompadour afin de faire le point sur les éléments essentiels à prendre en compte en concours d’élevage anglo-arabe et harmoniser la façon de juger.

Les juges référents ont débattu sur la définition du standard de la race anglo-arabe qu’il faut retravailler et qui permet de mettre en évidence les spécificités de la race anglo-arabe. Tous les juges s’accordent à dire que la distinction et la réactivité à l’obstacle sont des qualités indéniables chez l’anglo. La commission du stud-book et la commission sport-élevage sera chargé de définir de façon précise le standard.
Ils ont ensuite fait le point sur les règlements 2015 des concours d’élevage anglo-arabes. Pierre de la Serve, responsable de la commission du stud-book, a profité de l’occasion pour présenter le nouveau règlement du stud-book signé en avril 2015. C’est une véritable avancée puisque les produits ayant au moins 12.5% de sang arabe et dont le croisement respecte la règlementation, pourront être inscriptibles dans le stud-book.
Mais il sera bientôt difficile de distinguer les sections 1 et 2 des sections 3 qui déterminent actuellement le classement en concours anglo-arabe. C’est pourquoi les juges se penchent sur la question d’établir, dans l’avenir, les classements en concours d’élevage en fonction du pourcentage de sang arabe (seuil de 25% de sang arabe par exemple), ce qui donnerait en outre plus de lisibilité.
Alain James a ensuite rappelé les fondamentaux au niveau du modèle et des allures, aux côtés de Bernard Clot qui animait le débat sur le jugement à l’obstacle.
Ils ont ensuite rappelé l’importance des annotations/commentaires dans les grilles de jugement pour permettre à l’éleveur de comprendre la notation de son cheval.
L’après-midi fut consacrée à la pratique avec une mise en situation de jugement avec des chevaux de 3 ans et des poulinières suitées de la jumenterie nationale à Chignac, pour terminer cette journée d’échange et de convivialité.

 

Article mis en ligne le 12/06/2015.



Restez informés

Pour suivre l'actualité de notre site en continu, abonnez vous à notre flux rss ou choisissez l'une de nos catégories d'actualités.



Nos partenaires :